Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

musique  recrutement  voila  boudin  Tiens  

Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 10 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 10 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 184 le Lun 11 Sep 2017 - 11:07
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Reportage: L’IILE, dernier sanctuaire pour vieux légionnaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Reportage: L’IILE, dernier sanctuaire pour vieux légionnaires.

Message par Admin le Lun 30 Jan 2017 - 11:59

Reportage: L’IILE, dernier sanctuaire pour vieux légionnaires.

« Honneur et fidelite », la Legion n’abandonne jamais les siens, au combat comme dans la vie.

“Honor and loyalty”, the Legion don’t abandon his own, in the combat or in the life.

L’IILE, dernier sanctuaire pour vieux légionnaires.
IILE*, welcome to the last sanctuary for old legionaries
(Text in English, a little lower)

Unique au monde, les armées de tous les autres pays viennent pour comprendre son système de fonctionnement.
Unique in the world, the armies of all other countries come to understand his operation system.

Rencontre avec des personnages extraordinaires
Meeting with extraordinary characters

Ce qui interpelle surtout, chez la plupart de ces hommes, qui ont passé une partie de leur vie sur les champs de bataille, c’est la bonté et la chaleur qu’ils ont dans le regard.
Les rencontrer fut un privilège.

Ils ont un code d’honneur:
7 règlements qu’il a sur lui en permanence,du képi blanc au général.
L’article 7 décrit: Au combat tu agis sans passion et sans haine, tu respectes les ennemis vaincus, tu n’abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés, ni tes armes.























Unique au monde, cette institution est inaugurée le 2 mai 1954 par le général Kœnig. Il dira « La création de l’Institution des Invalides de la Legion étrangère est un beau rêve qu’avaient caresse depuis longtemps tous ceux qui ont, non seulement commande, mais avant tout aime la Legion; tous ceux qui ont compris dans ses rouages les plus humbles, comme les plus secrets, la mentalité propre du légionnaire qui, dans le bonheur comme dans le malheur, a besoin de se sentir chez lui. ».
M. Julian Izquierdo y Garcia, 78 ans

À Puyloubier, on les appelle affectueusement les « sentinelles du soir ».
Tenue par des légionnaires toujours en activité, l’Institution s’est transformée en établissement de vie sociale.
Ce sont des légionnaires qui ont construit le vaste bâtiment ou sont logés les pensionnaires.
Pour réunir l’argent nécessaire, chaque légionnaire, quel que soit son grade, a donné une journée de solde.
Ils ont rénové le château, bâti au XIXe siècle, qui domine l’ensemble des 220 hectares sur lesquels s’étend la propriété.Le domaine possède un magnifique vignoble de 40 hectares répartis en quinze parcelles où se côtoient six cépages : grenache, syrah, cabernet sauvignon, mourvedre, cinsault et rolle. Les vins produits (rouge, rose et blanc) bénéficient de l’appellation contrôlée Cotes de Provence.
Huit cents pieds d’oliviers sont plantés sur des restanques. L’endroit abrite également une ferme et un élevage de sangliers. Le vigneron est polonais, serbe ou turc, le fermier wallon, le dessinateur espagnol, le cuisinier allemand, le barman ukrainien.
Dix-huit nationalités au total.























La solidarité entre actifs et retraites s’exprime également au quotidien sur les bases et les campements de la Légion situes en France et à l’étranger.
Quand un soldat commande une bière au mess d’Orange ou dans celui de Djibouti, un pourcentage est prélevé sur le prix d’achat puis verse au foyer d’entraide charge de gérer les finances du domaine de Puyloubier. La vente des 300 000 bouteilles de vin produites chaque année par les pensionnaires, de celles d’huile d’olive, des livres restaures et des céramiques participe directement au financement de l’Institution.
Chaque année, ce sont quelque 800 légionnaires qui retrouvent la vie civile avec plus ou moins de bonheur. Une dizaine de demandes arrivent à Puyloubier, seulement quelques-unes sont satisfaites.
Les critères retenus ne sont pas financiers.
Ceux qui ne peuvent s’acquitter du montant de la pension reçoivent une aide. Les candidats éconduits le sont pour des raisons liées à leurs états de service – absence de certificat de bonne conduite, ennuis judiciaires…
Confie en 1953 à la Légion, le site – baptise aussi Domaine du Capitaine-Danjou – était conçu à l’origine comme une structure d’accueil destinée aux blesses, invalides et malades qui ne cessaient de débarquer d’Indochine. Des étrangers pour la plupart qui, après s’être battus pour la France, ne pouvaient retourner dans leur pays natal.
Aujourd’hui, les silhouettes de « gamins » en képi blanc, revenus d’Indochine ou d’Algérie pour se refaire une santé, appartiennent à l’histoire.
Celles d’anciens, solitaires, meurtris par l’existence, les ont remplacées.
M. Berthold Vossler, 79 ans

 
HD Photos

What is troubling, to most of these men, who passed a part of their life on battlefields, it is the kindness and the  warmth in their look.
To meet them,it was a privilege.

They have a code of honor.
7 regulations which he has with him permanently, of the white kepi to the general.
The article 7 describes: On the battlefield, fight without passion nor hate, respect your defeated enemies, and never forsake your lost, wounded comrades or weapons.

Unique in the world
“The creation of the Institution of the Invalids of the Foreign Legion is a beautiful dream cherished by all those who not only commanded the Legion, but above all loved it; all those who have understood in its humblest and most secret wheels, the specific mentality of the legionnaire who, in happiness as in misfortune, needs to feel at home” , was to declare the General Koenig, during the inauguration in May 2, 1954.

In Puyloubier they are affectionately called the ‘sentinels of the evening’.
Held by legionnaires always in activity, the Institution transformed itself into establishment of social life
Legionnaires built the vast building where the boarders are lodged. To have the necessary money, every legionnaire, from low-level military personnel up to a general, gave a day of payment.
They renovated the castle, built in the XIXe century, which dominates all the 220 hectares property. The field has a splendid vineyard of 40 hectares divided into fifteen pieces where six type of vines are present: grenache, syrah, cabernet sauvignon, mourvèdre, cinsault and roll. The wines produced (red, rosé and white) were granted ‘appellation contrôlée’ Côtes-de-Provence. Eight hundred olive-trees are planted on the terraces. The place also shelters a farm and a breeding of wild boars. The wine grower is Polish, Serb or Turkish, the farmer is Walloon, the draughtsman Spanish, the cook German, the barman is Ukrainian barman.
Eighteen nationalities in total.
M. Karl Heinz Hertel, 75 ans

Solidarity between active and retired legionnaires is also expressed daily in the Legion bases located in France and abroad.
When a soldier orders a beer in the mess of Orange or Djibouti, a percentage is taken on the purchase price then transferred to the ‘foyer’ in charge of managing the finances of the Puyloubier domain. The sale of the 300,000 wine bottles produced each year by the residents, of olive oil, ceramics and restored book, take part directly in the financing of the Institution.
Each year, some 800 legionnaires go back to civil life, with more or less fortune.
Ten requests arrive at Puyloubier, only a few are satisfied.
The selection criteria are not financial.
Those who cannot afford the amount of the board receive a subsidy. The candidates turned down are rejected because of their states of service, absence of honourable discharge certificate, legal problems
Entrusted in 1953 to the Legion, the site – also baptized Captain-Danjou domain – was conceived at the origin as a reception facilities intended for the wounded, invalids and patients who did not stop coming from IndoChina.
Foreigners for the majority who, after having fought for France, could not go back to their native country.
Today, the silhouettes of ‘kids’ in white kepi, coming back from Indochina or Algeria to remake a health, belong to the history.
Those of older ones, solitary, ravaged by the existence, replaced them.
M. Thomas Evans, 77 ans

*Institution des Invalides de la Legion Etrangere – Institution of the Invalids of the foreign legion

[tweetthis display_mode= »box »]IILE: dernier sanctuaire pour vieux légionnaires[/tweetthis]
avatar
Admin
Admin
Admin

PSEUDO : RAFFALLI CALVI
PAYS : FRANCE / CORSE
Masculin Age : 71

http://www.legion-etrangere-recrute.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum