Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» UNE VIE POUR UNE VIE
Mer 21 Juin 2017 - 11:52 par Admin

» DIEN BIEN PHU : Attaque du piton 781 par le 1er BEP
Sam 11 Mar 2017 - 19:05 par Admin

» Messe en mémoire des soldats du 6e BPC tombés à Dien Bien Phu en novembre 1953
Sam 11 Mar 2017 - 19:03 par Admin

» LA BATAILLE DU TONKIN
Sam 11 Mar 2017 - 18:58 par Admin

» NOS ANCIENS AU LIBAN
Jeu 9 Mar 2017 - 19:11 par LUCIEN

» LIBAN 1982 / 2REP
Jeu 9 Mar 2017 - 19:05 par LUCIEN

» LA LEGION A BEYROUTH 1983
Jeu 9 Mar 2017 - 19:00 par LUCIEN

» LA FORCE MULTINATIONALE D'INTERPOSITION AU LIBAN
Jeu 9 Mar 2017 - 18:56 par LUCIEN

» Beirut 1982 1984
Jeu 9 Mar 2017 - 18:55 par LUCIEN

» ATTENTAT DU DRAKKAR
Jeu 9 Mar 2017 - 18:49 par LUCIEN

» BEYROUTH LE DIRE EN CHANSONS
Jeu 9 Mar 2017 - 18:32 par LUCIEN

» LES BARRICADES
Jeu 9 Mar 2017 - 18:20 par LUCIEN

» BUDAPEST CLIP
Jeu 9 Mar 2017 - 18:18 par LUCIEN

» NI ROUGE NI MORT
Jeu 9 Mar 2017 - 18:16 par LUCIEN

» LE LOUP DE GUERRE
Jeu 9 Mar 2017 - 18:11 par LUCIEN

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 9 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 9 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 80 le Mer 5 Oct 2016 - 18:53
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

Washington accuse à nouveau Moscou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Washington accuse à nouveau Moscou

Message par Admin le Mer 1 Mar 2017 - 12:35

Washington accuse à nouveau Moscou d’avoir violé le traité sur les Forces nucléaires intermédiaires






Dans l’ensemble, les orientations de la politique étrangère américaine n’ont, du moins pour le moment, pas été fondamentalement bouleversées depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, contrairement à ce que laissaient présager les propos qu’il avait tenus au cours de la campagne électorale.
Ainsi, lors d’une tournée en Asie du Sud-Est, le chef du Pentagone, le général James Mattis, a réaffirmé l’engagement, à « 100% », des États-Unis en faveur de la sécurité du Japon. Même chose pour la Corée du Sud, avec en prime une position ferme à l’égard de la Corée du Nord… et de la Chine. En outre, des gages ont été donnés à l’Otan, y compris par M. Trump, qui n’avait pourtant pas ménagé ses critiques à son endroit il y a encore quelques semaines.
En revanche, l’on note une inflexion de la politique américaine au Moyen Orient par rapport à celle suivie par l’administration Obama.
En fait, en résument à grands traits, l’on revient presque aux habitudes d’antan : méfiance (voire défiance) à l’égard de l’Iran et soutien aux monarchies sunnites du Golfe arabo-persique. Soutien qui s’est récemment traduit par l’attribution, par le chef de la CIA, Mike Pompeo, d’une médaille au prince Mohammed ben Nayef, le ministre saoudien de l’Intérieur, pour son « excellent travail dans les domaines du renseignement et de la lutte contre le terrorisme ».
Quant aux relations avec la Russie, il faut distinguer deux choses : les intentions et les actes. Pour le moment, la ligne suivie par l’administration de M. Trump, qui aurait eu les faveurs du Kremlin lors de la course à la Maison Blanche, s’inscrit dans la continuité, à quelques détails près, de celle fixée par les autorités américaines du temps du président Obama.
Début février, Nikki Haley, la représentante américaine auprès des Nations unies, avait donné le ton devant le Conseil de sécurité en évoquant le dossier ukrainien. « Nous voulons améliorer nos relations avec la Russie. Toutefois, la situation terrible dans l’est de l’Ukraine demande une claire et ferme condamnation des actions de la Russie », avait-elle dit.
Puis, alors que son conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, a été poussé vers la sortie pour avoir eu des contacts non autorisés avec l’ambassadeur russe en poste à Washington lors de la période de transition, M. Trump a fait savoir, via son porte-parole, qu’il « s’attendait à voir la Russie restituer la Crimée à l’Ukraine – annexée en 2014 – et à assister à une baisse de la violence » dans la région du Donbass, où les séparatistes pro-russes affrontent les forces gouvernementales ukrainiennes.
Cela étant, de tels propos n’engagent pas à grand chose. Sans doute faut-il y voir quelques gages donnés par M. Trump au Congrès, alors que la démission de M. Flynn ainsi que les allégations selon lesquelles des membres de son entourage auraient eu des contacts avec des hauts responsables du renseignement russe. Le locataire de la Maison Blanche « doit aux Américains une explication complète sur les interactions de son administration avec la Russie, avant et après l’élection », a d’ailleurs estimé la sénatrice démocrate Elizabeth Warren.
Mais dans le même temps, et comme sous les administrations Bush et Obama, le département d’État a de nouveau accusé Moscou d’avoir violé le traité sur les Forces nucléaires intermédiaires (FNI) en déployant dans le sud-ouest de la Russie, près de Volgograd, des missiles de croisière interdits [appelés « SSC-X-8 », ndlr] par ce texte signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhael Gorbatchev.
En effet, le FNI a obligé les États-Unis et l’URSS (maintenant la Russie) à détruire leurs « missiles balistiques et de croisière lancés à partir du sol ayant une portée comprise entre 500 et 1.000 kilomètres et ceux dont la portée est comprise entre 1.000 et 5.500 kilomètres. »
Le déploiement de tels missiles, souligne le New York Times, est de nature à augmenter « sensiblement » la menace pour les membres de l’Otan selon « l’endroit où leurs batteries, très mobiles, sont installées ».
Un porte-parole de la diplomatie américaine, Mark Toner, a refusé, comme le veut l’usage, de commenter des « questions liées au renseignement. » Mais, alors qu’il était interrogé sur les missiles russes, il a rappelé que « les Etats-Unis prenaient au sérieux leurs engagements internationaux et leurs obligations en matière de contrôle des armements », en faisant une allusion à rapport de 2016 qui accusait « la Fédération de Russie (de) continuer à violer le traité FNI qui l’oblige à ne pas détenir, produire ou tester en vol un missile de croisière d’une portée de 500 à 5.500 km. »
« Nous sommes très clairement préoccupés par les violations russes, par les risques que cela pose pour la sécurité de l’Europe et de l’Asie et nous souhaitons vivement que la Russie se conforme de nouveau au traité », a ainsi expliqué M. Toner.
Côté russe, on nie toujours une quelconque violation du traité FNI. « La Russie reste déterminée à respecter ses engagements internationaux, y compris le traité en question (…) Personne n’a formellement accusé la Russie d’avoir violé le traité », a réagi, ce 15 février, Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin.
avatar
Admin
Admin
Admin

PSEUDO : RAFFALLI CALVI
PAYS : FRANCE / CORSE
Masculin Age : 71

http://www.legion-etrangere-recrute.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum