Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Mots-clés

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 12 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 12 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 80 le Mer 5 Oct 2016 - 18:53
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

LA VEILLE DE L ' ATTAQUE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LA VEILLE DE L ' ATTAQUE

Message par LUCIEN le Ven 29 Juil 2016 - 17:51

1978 ne fait pas exception à la règle. Soutenus par les Cubains d’Angola, les rebelles katangais semblent viser un double but : s’emparer du Shaba, l’ex-Katanga, et déstabiliser le président à vie Mobutu Sese Seko Waza Banga. Luttes de clans, luttes tribales, mais aussi guerre économique : le sous-sol du Shaba est l’un des plus riches d’Afrique. Sauvage et primitive, cette guerre, où l’idéologie n’a pas de prises, est avant tout le martyre de la population civile. Dans un premier temps, Mobutu, grâce à sa division d’élite Kamanyola et au corps expéditionnaire marocain qu’Hassan II a mis à sa disposition, a pu enrayer l’action des ex-gendarmes katangais.

En mars 1978, à la suite d’une réunion entre Algériens, Angolais et activistes du Front National de Libération du Congo, les services secrets zaïrois sont informés de l’éventualité d’une opération de déstabilisation dans la région du Shaba, région riche en matières premières stratégiques, un ‘’scandale géologique’’. Les miliciens du F.N.L.C., hostiles au président Mobutu, proclament la sécession du Shaba car sa richesse leur permet de revendiquer une indépendance assurée d’un minimum de cohésion nationale grâce à la position dominante de l’ethnie Lunda. Ils sont assistés par des officiers cubains et est-allemands. En effet, les conseillers cubains, au nombre d’une vingtaine de mille en Angola et quelques agents soviétiques sont décidés à pousser un nouveau pion dans l’échiquier africain.

La veille de l’attaque, l’armée zaïroise dispose de quatre brigades dépendant de la division Kamanyola. Trois brigades, la 11e, la 12e et la 14e sont implantées au Shaba, la 13e dans le Bas-Zaïre. La 11e et la 12e tiennent le secteur frontalier, étalées face aux garnisons des bataillons katangais. La 14e, la plus récente, commandée par le général Thsikewa, est constituée d’éléments disparates. C’est la raison pour laquelle le général Ba Bia lui a confié le secteur de Kolwezi, protégé par la neutralité de la Zambie.
avatar
LUCIEN
Admin
Admin

PAYS : LUCIEN

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum