Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» REJOIGNEZ NOUS
Mar 3 Oct 2017 - 10:08 par Admin

» LEGIONNAIRE UN JOUR - LEGIONNAIRE TOUJOURS
Mer 2 Aoû 2017 - 18:29 par Admin

» LE TATOUAGE A LA LEGION ETRANGERE
Dim 16 Juil 2017 - 9:49 par Admin

» CHAMPIONAT DE FRANCE DE NATATION
Mar 4 Juil 2017 - 15:36 par Admin

» Régiments et unités composant la Légion étrangère
Mar 4 Juil 2017 - 15:32 par Admin

» Championnat de France de cross militaire
Mar 4 Juil 2017 - 15:23 par Admin

» REMISE DES KEPIS BLANCS A AURIOL
Mar 4 Juil 2017 - 15:17 par Admin

» Remise de képis blancs pour les jeunes légionnaires
Mar 4 Juil 2017 - 15:00 par Admin

»  la 6e compagnie de réserve du 4e RE.
Mar 4 Juil 2017 - 14:55 par Admin

» Le 4e régiment étranger recrute des réservistes en Lauragais
Mar 4 Juil 2017 - 14:52 par Admin

» "Nouvelle histoire de la Légion étrangère
Mar 4 Juil 2017 - 14:50 par Admin

» Inauguration de la stèle para au monument de CAMERONE à Agde.
Mar 4 Juil 2017 - 14:48 par Admin

» Cheyenne Carron présente son film «A jamais fidèle» à la Légion étrangère
Mar 4 Juil 2017 - 14:37 par Admin

» La Légion et les "Gaulois "
Mar 4 Juil 2017 - 14:35 par Admin

» Bienvenue au HK 416 F
Mar 4 Juil 2017 - 14:33 par Admin

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 11 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 11 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 184 le Lun 11 Sep 2017 - 11:07
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Partenaires

créer un forum

Suivre Forumactif sur Facebook Suivre Forumactif sur Twitter Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Google+ Suivre Forumactif sur Pinterest

Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher

DIMANCHE 14 MAI 1978

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DIMANCHE 14 MAI 1978

Message par LUCIEN le Ven 29 Juil 2016 - 17:55

Dimanche 14 mai, dimanche de Pentecôte : selon les informations recueillies par les colonels Gras et Larzul, les Katangais contrôlent entièrement Kolwezi ; les troupes zaïroises paraissent neutralisées. Certaines unités sont prisonnières, d’autres fuient, en déroute, vers le nord.

        Les Katangais sont nombreux, en uniforme, et possèdent un encadrement compétent et efficace.

        Pour les deux colonels français, la solution est d’envoyer des parachutistes à Kolwezi.

        Dès 6 heures du matin, à Kolwezi, les Katangais chassent les soldats de la Kamanyola, cherchant à leur échapper en se réfugiant dans les villas de la nouvelle ville. Tout soldat trouvé est abattu. Des Européens et des Africains sont également exécutés ; d’autres sont rassemblés au centre hippique le Bridon, non loin du cimetière où auraient lieu des exécutions.

        A midi, l’ambassadeur Ross contacte l’Elysée et n’a que le colonel Mermet, officier de permanence. Le Président est en train d’étudier l’affaire. L’ambassadeur insiste sur le fait que les 3 000 Européens peuvent être pris comme otages par les rebelles. Le colonel Gras insiste alors sur sa suggestion d’envoyer au cœur de la fourmilière deux compagnies de parachutistes, soit 300 hommes, qui auraient un effet psychologique considérable.

        M. René Journiac, responsable des Affaires Africaines et Malgaches à l’Elysée, est extrêmement réservé sur l’intervention militaire uniquement française.

        L’ambassadeur de France à Bruxelles, Francis Huré, s’informe auprès du ministre belge des Affaires Etrangères, Henri Simonet, avec qui il entretient des relations amicales : aucun résultat.

        A 13 heures, l’ambassadeur Ross souligne dans une dépêche qu’il ne s’agit pas d’un raid de commandos sur Kolwezi et que les assaillants sont encadrés par des Angolais et d’autres étrangers. Il termine en signalant que le général Mobutu sous-estime la gravité de la situation

        Dans l’après-midi, l’ambassadeur est convoqué par M. Idzumbuir, ministre des Affaires Etrangères : ‘’devant la gravité de la situation, le Président fait appel aux gouvernements amis du Zaïre pour apporter à sa personne, à son gouvernement, à son pays une aide de toute nature’’.

        Puis soudain, la situation se dramatise. Le général Mobutu apparaît en tenue de combat ; il répète les paroles de son ministre mais sa poignée de main avec l’ambassadeur est plus appuyée.

        L’ambassadeur envoie le colonel Larzul à l’ambassade de Belgique : la position belge est nette. Ils ne veulent rien entreprendre. Toute intervention française serait considérée comme inopportune et inamicale. Le colonel Planart, attaché militaire belge, précise à son collègue, la position belge : ‘’laisser décanter la situation ; négocier avec les Katangais le retrait de nos ressortissants, et, si ça ne marche pas, monter une opération type Stanleyville’’.

        Dans la soirée, le ministre belge des Affaires étrangères confirme que des combats violents se sont déroulés dans la région du Shaba mais ‘’que les choses semblent plus calmes à présent’’. Selon Vanmossvelde, consul général à Lubumbashi, ‘’aucun Belge n’a été tué ni blessé’’.

    Dans la soirée, le Président Giscard d’Estaing a avec le président Mobutu une assez longue conversation téléphonique mais à aucun moment le président Mobutu ne demande une aide.

    A 22 heures, le Président Giscard d’Estaing contacte le ministre Louis Guiringaud pour l’informer de cette conversation et lui demande si Bruxelles en sait plus.

    A Kolwezi, en ce dimanche de Pentecôte, autour d’une Eglise, les Katangais massacrent douze enfants, revêtus des aubes blanches qu’ils portent pour la cérémonie de la confirmation, éparpillés à l’extérieur, leurs parents entassés dans la chapelle, et le prêtre, en habits sacerdotaux, égorgé au pied de l’autel. Tous Belges. Après avoir fait leur communion solennelle, le matin, les enfants étaient revenus après déjeuner se faire confirmer.
avatar
LUCIEN
Admin
Admin

PAYS : LUCIEN

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum